L’axe des noeuds lunaires et la Réincarnation

L’astrologie karmique est celle qui tient compte de la possibilité des vies antérieures afin d’aider l’individu à mieux comprendre le sens de sa vie présente. Ce courant de la pensée astrologique repose donc sur l’idée orientale du Karma.

C’est l’idée que nous ne naissons pas vierge de tout. Et qu’il y a en nous, dès la naissance, un certain bagage que nous portons. Et que celui-ci soit la conséquence de vies antérieures, de gènes, d’empreintes psycho généalogiques, ou de tout autre type de conditionnement, il en importe peu. L’essentiel sera d’en prendre conscience. Non pas pour découvrir qui nous étions dans une hypothétique précédente vie, mais plutôt pour utiliser ce bagage qui nous définit en partie, comme un outil constructeur de notre individualité, et de notre vie présente.


En astrologie, ce sont les noeuds lunaires qui nous renseignent (en partie) sur ce bagage, et sur les potentiels dont il est porteur.


Mais avant toute chose, je crois utile de rappeler ce que sont, dans le ciel, ces noeuds lunaires.


Concrètement, le noeud nord et le noeud sud (ou noeuds lunaires) sont les deux points d’intersection de l’orbite de la Lune avec le plan de rotation de la Terre autour du Soleil. Dit autrement, c’est le lieu où se rencontrent les trajectoires de la Lune et du Soleil, vues depuis la Terre.

De cette simple constatation, il semble ressortir un lien étroit entre les noeuds lunaires d’une part, et le Soleil et la Lune d’autre part. Ainsi, et de la même façon que les luminaires (Soleil et Lune) sont les points clés de l’interprétation d’un thème astral, on peut tout à fait penser que les noeuds lunaires sont également des points de grande importance (du fait du lien qu’ils ont avec le Soleil et la Lune). A ceci près que dans un cas, nous avons des objets matériels physiques (le Soleil et la Lune), et dans l’autre des points immatériels fictifs (les noeuds lunaires).


Poussons encore un peu plus loin maintenant ce parallélisme entre les luminaires et les noeuds lunaires.


Les luminaires sont donc visibles, tangibles, inscrits dans la matière. Ils reflètent donc les deux pôles (le masculin et le féminin, le Ying et le Yang) d’un individu sur Terre, et renvoient à sa vie présente. En revanche, les noeuds lunaires sont invisibles, ce sont des points fictifs, mathématiques. Ils existent sous une forme plus subtile, non matérielle. Ils seraient comme une empreinte, un sillon, dans lequel s’écoule le flux de la vie.


En astrologie, les noeuds lunaires englobent donc l’avant (noeud sud) et l’après (noeud nord) de la vie d’un individu. C’est pour cette raison que beaucoup d’astrologues les associent à l’idée de Réincarnation. Mais au delà ce cette croyance, l’axe des noeuds nous posent une question plus fondamentale sur les notions d’individualité et d’identité. Qui suis-je ? Et surtout : ou est ce Je qui voyage d’individu en individu?

Est-ce une seule et même identité qui parcourt les vies successives des réincarnations ? Si dans une vie passée j’ai été assassin, et qu’aujourd’hui je prône la non violence, ou est donc le noyau de cette identité qui parcoure le temps et qui évolue sans cesse ? Y aurait-il un Moi plus profond que les nombreux individus que j’aurais été ?


Au concept de Réincarnation se pose donc nécessairement la question de l’identité, et du Qui suis-je ?

En tant qu’individu sur Terre, j’ai une identité qui me caractérise, par mon corps physique, mais aussi par mes opinions, mes réflexions, mes ressentis, etc. Il va de soi qu’une partie de cette identité s’éteindra au moment de ma mort (ne serait-ce que celle liée à mon corps). Et une autre partie demeurera dans le souvenir de ceux qui m’auront connu (mes opinions, mes réflexions, mes actions : tout ce qu’autrui aura perçu de moi). La question qui reste en suspens est de savoir si une troisième partie de mon identité (celle des ressentis, celle qui m’est strictement personnelle) continuera à évoluer après ma mort. Ainsi, je peux légitimement me demander ce que deviendront mes joies, mes peurs, mes déceptions, mes passions, au moment de ma mort…

Si ce troisième aspect de mon individualité (qui se trouve étrangement être à la source de toutes mes actions) perdurerait bien après ma mort, sans nul doute qu’il existerait un aspect bien plus large de mon identité d’individu qui engloberait à la fois ce que je suis, mais aussi les conditions qui m’ont fait naître comme je suis, et mes actions qui feront le nid de cet autre que je serai dans le futur.

Et c’est exactement ce que pointent les noeuds lunaires dans un thème astral. De cette manière, plutôt que de vies antérieures, il me semble plus juste de parler de conditions (noeud sud) et de potentiels (noeud nord).


On peut alors facilement s’imaginer que l’axe des noeuds soient la colonne vertébrale de nos vies, qui à la fois nous structure et nous indique l’orientation à prendre. Le noeud nord nous indiquant la direction à suivre, pour notre épanouissement, le noeud sud nous indiquant nos acquis, pour nous soutenir.

Dit autrement, le noeud sud concernerait les domaines de la vie dans lesquels nous nous sentons à l’aise, et qui, paradoxalement, peuvent nous enfermer dans le confort de ce que nous connaissons. Le noeud nord concernerait les domaines de la vie dans lesquels nous nous sentons instinctivement attirés, et qui, bien qu’ils nous demandent beaucoup d’effort, nous ouvrent des portes.

Il serait donc plus confortable de vivre son noeud sud, mais plus avantageux de vivre son noeud nord.


Tout ce que nous venons de voir semble alors nous indiquer que les noeuds lunaires s’inscrivent dans ce que la loi du Karma nous enseigne de plus fondamental de notre évolution : Nous sommes ce que nous avons fait, et nous faisons ce que nous serons.

0 commentaire